Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Mệme pour qui n’est pas féru de sport, les rencontres internationales, de plus en plus répandues de nos jours, présentent au-delà de leur contenu un intérệt non négligeable: celui de nous faire découvrir des hymnes nationaux jusque là jamais entendus. Découvertes parfois surprenantes.... Une véritable mine d’or, ces chants nationaux, dans la mesure où ils sont censés refléter l’état d’esprit d’une nation.

A cet égard, la comparaison de nos hymnes nationaux français et hongrois est particulièrement éloquente, tant par leur texte que par la musique qui les accompagne. Un contraste frappant qui semble bien coller à la peau de ses sujets. Recueilli, résigné mais digne, presque triste, pour l’hymne magyar. Face à une Marseillaise extravertie, presque fanfaronne. Certes, cela tient aux origines de leur composition, mais n’en constitue pas moins un test probant. Nous n’allons pas rappeler ici les origines de notre Marseillaise (Chant de guerre pour l’Armée du Rhin), mille fois ressassées. Plus intéressant pour le lecteur serait d’évoquer la genèse de l’hymne hongrois. Reprenant un texte écrit en 1823 par le poète Kölcsey, plaqué sur une musique composée 20 ans plus tard (1844) par le compositeur Erkel. Poème dont nous citerons la première strophe:      

Bénis le Hongrois, ô Seigneur,

Fais qu’il soit heureux et prospère,

Tends vers lui ton bras protecteur

Quand il affronte l’adversaire!

Donne à qui fut longtemps broyé

Des jours paisibles et sans peines;

Ce peuple a largement payé

Pour les temps passés ou qui viennent.

(Traduction Jean Rousselot)

 

Des paroles écrites 25 ans avant la révolution et guerre d’indépendance de 1848-49 et près d’un siècle avant Trianon, sans parler de l’occupation soviétique. Il est vrai que la Hongrie se trouvait alors déjà sous la tutelle des Habsbourg et avait eu à subir auparavant 160 ans d’occupation turque (1526-1686). Des paroles qui valent a fortiori aujourd’hui. Pour la Marseillaise, par contre, le contexte a totalement évolué. D’un peuple révolutionnaire en guerre contre la Prusse et l’Autriche, nous serions plutôt devenus pour beaucoup de bons bourgeois plus ou moins rangés dans une Europe théoriquement en paix. Et pourtant, à y regader de plus près, nous continuons à scander sans complexe des paroles pour le moins anachroniques pour ne pas dire désuètes et ringardes. A titre d’exemple, il nous suffira d’évoquer deux passages qui ne semblent pas choquer, et pourtant: „Qu’un sang impur abreuve nos sillons”... „Qui viennent jusque dans nos bras égorger nos fils et nos compagnes..”.  Qui le pense vraiment aujourd’huii?

Mais peu importe, après tout. Voilà qui ne prệte plus guère à conséquence. Mệme contraste entre les deux partitions. Toutes deux au demeurant fort réussies dans deux genres opposés. Ce qui ne surprendra pas côté hongrois, Erkel étant un compositeur reconnu. L’auteur de notre chant patriotique, Rouget de l’Isle étant par contre un illustre inconnu, officier du génie (mais pas forcément de génie), qui finira d’ailleurs dans la dèche. Et pourtant, reconnaissons qu’il fut là - exceptionnellement - fort inspiré. Pour la petite histoire, il est intéressant de comparer les premières mesures de notre chant à celles d’une partition composée six ans plus tôt (1786) par Mozart. En l’occurrence son 25ème concerto pour piano K. 503. Simple hasard ou copie? On ne le saura jamais.

   

Pusique nous évoquons les hymnes nationaux, qu’il nous soit permis, sans revenir sur leur historique  (au départ un chant religieux), d’en évoquer ici quelques uns. A commencer, à tout seigneur, tout honneur, par le „God save the King/Queen”(1) qui constitue sans nul doute l’une des plus belles partitions du genre. Egalement fort beau, l’hymne autrichien, et pour cause, puisque nous le devons à Joseph Haydn (extrait d’un de ses quatuors). Pour le reste, il est intéressant de comparer les origines des différents hymnes nationaux de par le monde, on ne peut plus variées: de l’opéra (Amérique du Sud, Danemark) au chant populaire en passant par diverses marches et tutti quanti. Parfois empruntées de l’étranger. Plus curieux: certains sans paroles, notamment dans des Etats multi-ethniques (Kosovo) ou alors au contraire avec plusieurs versions en fonction des langues pratiquées (Suisse). Les Etats-Unis disposant, outre leur hymne fédéral, d’un (voire plusieurs) hymne par État.

Pour en terminer avec le couple franco-hongrois, une autre différence: la fréquence de son usage (hors fệtes nationales et rencontres sportives). Si la Marseillaise était autrefois entonnée à toute occasion (pensons au Général de Gaulle – au demeurant loin d’ệtre un Pavarotti...- qui la plaçait au terme de chacune de ses allocutions) ou pour clore les émissions radiophoniques (années soixante), elle n’est plus trop de mise aujourd’hui. A la différence de l’hymne hongrois entonné à la moindre occasion, mệme pour clore les offices religieux (déjà sous le régime communiste!). Sans compter que vous avez intérệt à vous placer au garde-à.vous, sans quoi... gare à vous! Ce qui est d’ailleurs fort compréhensible.

Pour terminer, un mot sur l’Ode à la Joie de la IXème dont Beethoven eû été loin de se douter qu’elle constituerait un jour l’hymne de l’Europe. Un hymne sans parole, en dépit de la tentative insensée par certains d’y plaquer un texte. Tentative fort heureusement avortée (ouf!). Pensons au pauvre Beethoven qui eût fait des moulinets dans sa tombe. Par contre, qu’eût-il pensé de voir sa partition ainsi reprise? Nous ne pouvons le deviner, mais probablement en eût-il été flatté, connaissant ses idées (fraternité entre les humains de toutes origines). Une initiative qui nous semble plutôt heureuse.

PW – 28 juin 2017

(1): hymne dont l’origine demeure encore contreversée, et - pour la petite histoire -, que la Reine ne doit jamais chanter. Pour cause, vu qu’elle en est le sujet...

 

Képfeltölés / Uploader des images

Kövess minket!

Be-/ kijelentkezés

Blogíráshoz, videóajánláshoz jelentkezz be!

Francia szótárak

Hirdetés

Pierre Waline blogja

 

Bíró Ádám blogja Párizsból

 
 

Actualité sportive vue de Budapest

Francia idegenlégió blog

 

Baranyi Beatrix, Recto et verso

 

Állásajánlatok

A címoldalról ajánljuk

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Franciatanárok

  • 1
  • 2

A Blog szerzői

  • 1
A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó