Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Ce 21 juillet, nous commémorons la naissance d’Ernest Hemingway. Un géant, dont on n’aura cesse d’admirer les immortels chefs d’oeuvre, tel „Pour qui sonne le glas” qui inspira un si merveilleux film. Moins connu, par contre, est son récit autobiographique  „Paris est une fête (A moveable feast)” (1). Écrit sur la fin des années cinquante,  Hemingway y relate les années de sa jeunesse dans le Paris d’avant-guerre. Grand amoureux de notre capitale ... et des femmes (ce qui revient presque au même...), il  nous y confie de façon émouvante son attachement pour Paris. Certes... Mais qu’en est-il aujourd’hui. Qu’en dirait-il lui-même? Hmm !

Il est courant, de nos jours, d’entendre nombre de ses habitants exprimer leur dépit de voir leur ville dénaturée, ayant perdu de son charme d’antan. Envahie au pas de course par des hordes de touristes pressés, ou encore par des bandes de loubards qui opèrent régulièrement des descentes du côté des Champs ou ailleurs. Autre son de cloche: Elisabeth Lévy qui, dans un récent papier, accuse nos autorités d’avoir „transformé presque complètement la ville de Gavroche et de Proust en terrain de jeux pour bobos innovants” (2).

Bobos ou loubards? Il faudrait savoir... Et bien, oui: les deux! Certes, mais est-ce vraiment nouveau? Ce qui fait précisément, du moins à mes yeux, l’un des charmes de Paris est qu’elle est sans cesse en mouvement, non figée, telle une Venise placée sous cloche. Bref, qu’elle vit. Bobos nantis et bien pensants? Oui, surtout lorsque l’on assiste à cette hausse effrénée des prix de l’immobilier. Loubards, mauvais sujets? Oui également. Pour qui aura, par exemple, l’audace de s’aventurer dans le RER ou le métro en fin de soirée. Mais est-ce vraiment une nouveauté?

Pour qui relit Victor Hugo, Balzac ou Zola, le phénomère n’est pas entièrement nouveau. S’ils n’étaient pas „bobos” (terme qui me serait d’ailleurs presque sympathique), voyez - du côté de la Plaine Monceau ou dans les loges de l’Opéra - ces bons bourgeois enrichis du Second empire qui ne valaient guère mieux, prétentieux, imbus, arrogants à souhait. Quant aux mauvais sujets, la ville en regorgeait, du moins à en croire nos lectures. Certaines rues étant alors transformées le soir en véritables coupe-gorge. Gavroche, notre („votre”) cher Titi? J’avoue que je n’aurais pas toujours aimé en rencontrer un en tête-à-tête, le soir, au coin d’une rue. Voitures brûlées? Oui. Mais les barricades, qui les a inventées? Certes, pour une cause plus honorable, mais, malgré tout....

Phénomène nouveau, par contre: le nombre croissant des immigrés ou jeunes issus de l’immigration, dont beaucoup (mais pas tous) suscitent l’inquiétude. Pour la plupart, parqués dans des ghettos. Bien qu’ils ne constituent pas la majorité, je ne saurais le nier et le problème est sérieux. Autrefois, nous avions bien nos Auvergnats et nos Bretons, alors tant décriés. Mais, il est vrai, plus pacifiques. Quant à nos ghettos actuels (Saint-Denis, Aubervilliers, La Courneuve), repensons à ces quartiers populaires de l’Est parisien dont la réputation ne fut pas toujours des plus brillantes, si l’on remonte le temps.  

D’aucun vont me trouver d’une naïveté affligeante. Je le reconnais. Natif de Paris, mais résident de longue date à l’étranger je ne m’y rends plus que pratiquement en touriste. Partant, non confronté aux milles tracas de la vie quotidienne, d’autant que mes visites se limitent le plus souvent à la ville intra muros sans trop d’escapades dans les quartiers excentrés. Donc avec une vision probablement déformée. Mais aussi un recul qui me préserve de tout préjugé.      

Ceci dit, au fil de mes nombreux séjours effectués à Paris depuis bientôt douze ans, j’avoue toujours aimer autant cette ville. Probablement ai-je de la chance (ou la vue basse), mais sur ces dizaines de visites, je n’ai eu à subir aucune désagrément, bien au contraire. Serveurs conviviaux, échanges avec des vendeuses,  passants ou usagers des transports. Sans parler de la détente dans les nombreux parcs de la ville (au demeurant bien entretenus): le Luxembourg, les Jardins du Palais royal! Rien que de bons souvenirs. Seule réserve: le métro parisien avec ces interminables couloirs et escaliers à vous mettre K.O et aussi ces invidus qui montent vous faire la manche. Les touristes? Oui, et alors? Personnellement, je les aime bien et apprécie de les voir visiter - et probablement aimer - notre ville.

Enfin, pour répondre à Elisabeth Lévy, „terrain de jeux”? Et alors? Personnellement, j’apprécierais plutôt, pourvu que l’on n’en abuse pas. Telle cette opération „Paris Plages”, que je crois plutôt appréciée, même si elle offre davantage un décor qu’une véritable occasion de farniente (les places étant limitées). Un décor, pourquoi pas? Car Paris est aussi un théâtre où il se passe toujours quelque chose.

Je vois ici les petits malins qui vont me citer les attentats terroristes en guise de violent démenti. Justement, c’est bien là la preuvre que Paris restera toujours Paris, quoi qu’il arrive. Paris qui, au demeurant, en a vu bien d’autres (La Terreur, la Commune, l’Occupation, Mai 68) et s’en remettra toujours. Résidant à Budapest, je m’entends ici souvent citer Paris comme une ville dangereuse, dont la population serait presque au bord de la panique. S’ils savaient!

Budapest. Justement, l’une des rares villes avec Paris où j’aime vivre. Alors, cessons donc cette autoflagellation, maladie bien française. Mes compatriotes parisiens me font parfois l’impression d’enfants gâtés qui ne savent pas la chance qu’ils ont, même si la vie n’y est pas toujours facile. Mais qu’ils regardent donc ailleurs! Peut-être un bon stage forcé l’hiver à Fribourg (que mes amis suisses me pardonnent!), Andorre ou, plus près de nous  Maubeuge, les ferait-il changer d’avis? Tentons l’expérience.

PW- 21 juillet 2017

 

(2): publié par sa veuve à titre posthume en 1964. Autre écrivain amoureux de Paris: Stefan Zweig
(1): Causeur, 20 juillet 2017.

Kövess minket!

Be-/ kijelentkezés

Blogíráshoz, videóajánláshoz jelentkezz be!

Francia szótárak

Hirdetés

Pierre Waline blogja

 

Bíró Ádám blogja Párizsból

 
 

Actualité sportive vue de Budapest

Francia idegenlégió blog

 

Baranyi Beatrix, Recto et verso

 

Állásajánlatok

A címoldalról ajánljuk

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Franciatanárok

  • 1
  • 2

A Blog szerzői

  • 1
A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó