Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Petőfi Sándor: Nemzeti dal (Chant national - magyarul, franciául)

Sándor PetőfiChant national (en hongrois: Nemzeti dal) est un chant patriotique hongrois écrit en 1848 par le poète hongrois Sándor Petőfi qui fut le détonateur de la révolution hongroise de 1848 contre le pouvoir absolu des Habsbourg sur la Hongrie.

Film: La maison du bonheur (francia-magyar)

Ce panel d'acteurs que regroupe ce film est une garantie à une bonne comédie.

A poligámia börtönében (+videó)

Yakub Ibrahim fellázad a többnejűség ellen. A Comore-szigeteken született egy poligám családban, megőrizte annak a háborúnak a  fájdalmas emlékekeit, amelynek édesanyja és apjának többi felesége volt kiszolgáltatva.

Daniel Bélanger vagyok Québecből

A musique.hu igyekszik szélesíteni a frankofón zene itthoni ismertségét, ezért immár nem csak a « hexagone »-ban népszerű énekesekkel, hanem a québec-iekkel is kíván foglalkozni.

A César-díj rövid története

A César-díj, az amerikai Oscar-díj megfelelője, amely arra hivatott, hogy elismerésben részesítse a francia filmművészet legjelentősebb alkotásait.

A francia bolhapiac

Franciaországban mind a mai napig nagy kultúrája van a bolhapiacnak. Tavasztól kezdve szinte minden héten találunk az út szélén valahol egy plakátot, ami egy, a hétvégén megrendezésre kerülő vide grenier-t vagy brocante-ot hirdet.

Válogatás a Frankofón Filmnapok programjából

Elkezdődött a Frankofón Filmnapok, amikor is húsz filmkülönlegességet mutatnak be a mozik.

Február 2., a palacsinta ünnepe

Már januárban feltűnt, hogy minden francia élelmiszer áruház “akciós” termékei között szinte csak a palacsinta készítés eszközei és hozzávalói sorakoznak nagy számban.

Le pont (partie 4) - par Arthur Z. Balogh

Deux heures de l’après midi à Lukula, un assez grand village abandonné et partiellement détruit. Ils savaient que le fleuve et le pont n’étaient plus très loin. En déjeunant, l’excitation remplaça leur fatigue à l’approche de l’heure d’arrivée à Kabalo, petit poste perdu dans l’immensité africaine avec ses deux commerçants grecs et son chef de gare français. Par moment, la route devenait plus praticable et leur permettait de faire des pointes à 50 à l’heure pendant quelques minutes. Soudain, elle rejoignit la voie ferrée.{nomultithumb}

Meg is hallgathatod:

Une ligne abandonnée aux rails rouillés. L’herbe d’éléphant poussait librement entre les traverses. Contact coupé, Rochefort descendit suivi par son ami.

— L’état des voies est pire que la route, remarqua Vermeulen.

— Oui et ce n’est pas surprenant. Mais regarde ! La route est en parallèle avec la voie ferrée, ce qui signifie que le pont est doublé !

— Alors, il ne faudra peut-être pas rouler sur les ballasts !

L’espoir de Vermeulen était visiblement contagieux parce que Rochefort répondit avec un soupir.

— Espérons que les types de Kamina se sont trompés. Viens, on continue. D’après la carte, le pont est très près, et il la replia soigneusement avant de lancer le moteur.

Il avait raison. Ils n’étaient pas tellement loin. Le monde s’élargit devant eux et ils virent le fleuve et le pont. L’eau jaune pâle paraissait endormie, pourtant le courant charriait à grande vitesse vers le nord des ilots de verdure arrachés aux berges.

« Ils avaient raison, la route est finie, râla Rochefort. »

Les rebelles ou l’armée, impossible de le savoir, avaient fait sauter pour une raison mystérieuse le tablier du pont routier.

« Il faut passer comme prévu sur la voie ferrée. »

Le fleuve était large. Ils avançaient à pied sur les traverses en bois pour voir l’état des lieux.

« Il se peut que la déflagration ait affaibli les infrastructures. Il ne supporterait plus le passage d’un train, mais notre poids n’est pas considérable, » remarqua Rochefort.

Ils voyaient le fleuve entre les traverses.
— Impressionnant, marmonnait Vermeulen en regardant en as.

Des deux côtés de la voie une barrière rouillée délimitait l’étroit trottoir pour les piétons.
« Nous pourrions traverser à pied, » proposa Vermeulen sans regarder son ami.
— Oui. Et le camion ? Tu sais que nous en avons besoin pour transporter ce que les avions nous apportent !
— Évidemment ! Il faut y aller, et Vermeulen rebroussa chemin.

Le camion avançait au pas et s’engagea sur la voie ferrée, les roues de chaque côté des rails. Ils avançaient très lentement, par à coups, sur les traverses en bois.

Rochefort tenait le volant et serrait les dents et il ne savait pas s’il transpirait à cause de la chaleur ou de la tension. La direction sautillait au rythme des secousses pour reprendre instantanément la bonne direction.

« Garder les rails entre les roues », répétait-il inlassablement comme s’il pouvait l’oublier. Il ne regardait que devant le capot. Ne voyait pas le fleuve en bas, ni les palmiers insensiblement immobiles sur l’autre rive, loin devant. Il devenait partie intégrante de son camion, il était le moteur, les roues, il sentait le bois vermoulu sous les pneus, il entendait son gémissement sous leur poids.

Vermeulen, son arme serrée entre ses cuisses, s’accrochait au montant de la portière, prêt à sauter si par malchance le camion glissait vers l’abîme.
Des idées folles traversaient son esprit : « serai-je capable de nager après un saut pareil ? »

Son regard vacillait entre l’eau et la berge encore si loin. Les palmiers. Il y a un instant, il les voyait clairement, illuminés par le soleil. Maintenant, ils devenaient fantomatiques couverts d’une brume inexplicable. Il ne pouvait détourner son regard. La grisaille s’épaississait couvrant les terres d’une masse laiteuse.

— Regarde, cria-t-il. Regarde ce brouillard !
Rochefort leva le pied et le camion s’arrêta après un dernier sursaut.

— C’est quoi ?

— Du brouillard. Il n’y a jamais de brume ici, répondit Vermeulen la voix tremblante.

— Il couvre le pont.

— Il faut rebrousser chemin !

— C’est impossible en marche arrière.
La masse blanchâtre avançait inexorablement engloutissant le pont et le fleuve.

— On peut encore partir à pied, disait Vermeulen.

— Nous ne pouvons pas laisser le matériel. Le brouillard se lèvera…
Le brouillard bougeait comme de la fumée et couvrait le nez de leur camion. Il rentrait par les fenêtres ouvertes, il les submergeait, et ils ne voyaient plus le capot.

Autour d’eux c’était le silence. Un silence ouaté. Comme sous la neige.

— Quelle heure est-il ? Vermeulen ne voyait pas bien les chiffres de sa montre.
Rochefort alluma le plafonnier qui n’illuminait rien parce que la lumière n’était qu’une tache jaunâtre informe. Il lui fallut mettre la montre directement sous ses yeux pour déchiffrer l’heure.

— Trois heures 35. Il faut attendre qu’il se lève.

— Oui, attendons, répondit la voix étouffée de Vermeulen.

« J’éteins la lumière, il faut économiser l’énergie. »

Ils ne se voyaient pas clairement, ils devenaient des fantômes l’un pour l’autre et s’impatientaient.
— Tu as l’heure, demanda Rochefort.

— Un instant. Vermeulen colla ses yeux sur sa montre.

« Trois heures 35. »

— Impossible, répondit Rochefort. Tu me l’as déjà dit il y longtemps. Ta montre ne marche pas.

— Elle marche ! La trotteuse tourne inlassablement pourtant l’heure s’est arrêté à trois heures 35 ! Tu comprends ça ?

*

Quelques années plus tard quand les bâtisseurs du pont sont arrivés, il était vide avec un grand trou au milieu comme si un géant l’avait coupé en deux avec un couteau. Aucune trace du camion.

*

Rochefort et Vermeulen attendaient toujours. Ils ne bougeaient pas et rien d’ailleurs ne bougeait autour d’eux. De temps en temps, l’un ou l’autre demandait l’heure et la réponse était invariablement : trois heures 35. Et par économie, ils n’ont jamais rallumé la lumière.


1. rész
2. rész
3. rész
4. rész

Francia-magyar párhuzamos, teljes változat.

Paris, le 2 avril 09. 15.45

Le pont (partie 3) - par Arthur Z. Balogh

Malgré les secousses ou peut être à cause d’elles et de la chaleur de plus en plus lourde et du bruit monotone du moteur, la torpeur envahit Vermeulen.

Meg is hallgathatod:

Il rêvait de sa femme, il restait entre deux eaux conscient de son environnement et rattrapait instinctivement sa mitraillette quand il la sentait glisser sur ses genoux. Il était absent depuis des mois. Elle en Europe, lui en Afrique crapahutant sur des routes défoncées, couvertes de poussière ocre rouge collant sur sa transpiration. Des mois de frustrations s’accumulaient en lui. Il avait envie de sa femme et en même temps d’une baignoire pleine d’eau chaude pour se délasser et sentir la poussière quitter ses pores. Il avait envie de tellement de choses sans trouver les mots, sans pouvoir exprimer ses désirs, ses pensées. Il voulait retourner chez lui, retrouver sa maison, l’intime chaleur de sa femme, le calme.{nomultithumb}

Soudain, il sut ce qu’il ferait à la première occasion. Ses yeux s’ouvrirent et il cria pour que ses paroles ne soient pas couvertes par le bruit assourdissant du moteur.

— Je retourne au pays avec le prochain avion !

Le cri de Vermeulen fit revenir Rochefort à la réalité. Non, il ne dormait pas. Il conduisait son camion et ses réflexes enregistraient automatiquement son environnement. La jauge d’essence, la température de l’eau, l’état de la route, les trous et les ornières, la chaleur. Loin devant le camion une femelle léopard traversait la route suivie par ses petits. Il voulut avertir son ami mais un coup d’œil lui indiqua qu’il dormait, sa tête se balançait au rythme des secousses.

Ses pensées s’aventuraient. Il était dans son taxi Avenue Louise. Comme maintenant, deux semaines avant Noël, la ville se couvrait de grisaille et d’humidité. Les guirlandes de la Porte de Namur ou de la Chaussée d’Ixelles n’égayaient pas la ville. Mais dans son taxi il faisait doux. Il attendait un client et l’autoradio débitait une musique douce interrompue par moment par les annonces publicitaires.

Vermeulen criait et ses rêves éclataient comme des bulles de savon laissant place à la réalité.

— Tu veux partir ! répondit Rochefort en hurlant à son tour. Tu as raison ! Moi aussi ! Mais avant…et il fit un geste en montrant la route.

« Nous partirons avec l’avion la semaine prochaine ! »


1. rész
2. rész
3. rész
4. rész

Francia-magyar párhuzamos, teljes változat.

Le pont (partie 2) - par Arthur Z. Balogh

Rochefort et son compagnon Vermeulen passèrent devant eux laissant bien en vue les canons de leurs armes. Depuis plus rien.

A francia konyha gasztrorégiók közössége

Bár lassan közhelyszámba megy már, de én is csatlakoznék: olyan, hogy francia konyha mint olyan, nem létezik. Én inkább úgy mondanám: francia konyha = a különböző gasztrorégiók közössége.

Le pont (partie 1) - par Arthur Z. Balogh

Il ne pleuvait plus depuis trois semaines. Les ornières laissées par les roues des camions dans la terre rouge et gorgée d’eau devenaient dures comme du béton. Le camion se balançait comme un ivrogne en secouant les deux hommes dans la cabine et, malgré les fenêtres ouvertes, ils étaient en nage. L’air était suffocant.

Ablaktól világra… - Kosztolányi költészetéről

Kosztolányi Dezső költészetéről a Hajnali részegség francia fordítása nyomán.

Les magiciens n'existent pas

Felgördül a függöny és a néző visszarepül a nosztalgikus ötvenes évekbe, ahol egy korosodó illuzionista próbálja újra és újra ámulatba ejteni egyre fogyatkozó közönségét. De a várt tapsvihar elmarad. A bűvészek kora lejárt.

A felolvasó használata

A honlapon található francia nyelvű szövegeket a beépített program felolvassa, ha kijelölöd a szöveget az egérrel. Ha nem tudod hogyan kell, nézd meg ezt a videót:

Bíró Ádám könyvei

Vive la langue française!

Oublie ton passé,
qu`il soit simple ou composé,
Participe à ton Présent
pour que ton Futur
soit Plus-que-Parfait !

Kövess minket!

Francia szótárak

Hirdetés

Pierre Waline blogja

 

Bíró Ádám blogja Párizsból

 
 

Actualité sportive vue de Budapest

Francia idegenlégió blog

 

Baranyi Beatrix, Recto et verso

 

Állásajánlatok

A címoldalról ajánljuk

  • 1
  • 2
  • 3
  • 4

Franciatanárok

  • 1
  • 2
A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó