Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

J’ai pris connaissance, avec beaucoup d’intérêt, des derniers articles de Sz. TÓTH Gyula parus dans votre journal.

Un grand merci à la rédaction de ce journal numérique pour les écrits que vous ne manquez pas de publier pour un rapprochement franco-hongrois pérenne. L’histoire de nos deux pays est liée depuis très longtemps et j’avoue apprécier la solidarité que vous exprimez dans les différents articles publiés.

Je réagis aujourd’hui à la lecture de quelques mots, de quelques phrases, qui ont frappés ma sensibilité compte tenu des évènements tragiques survenus dans mon Pays. Et ces mots sont : Exhortation, Marseillaise Hongroise.

Il est vrai que le peuple Français a été « encouragé »  à montrer sa peine dans les villes de France et qu’il a souvent entonné la Marseillaise, notre hymne national.

En incitant le peuple à descendre en masse dans la rue, nous avons voulu soutenir, réconforter, faire l’éloge des gens frappés, applaudir aux discours de la diversité en ce jour de deuil.

J’ai aimé relire le poème de Mihaly Vörösmarty – Szózat (Exhortation, Appel) – qui donnât une composition musicale « La Marseillaise Hongroise » et, plus particulièrement, ces deux couplets plein d’espoir :

« …

Se peut-il que tant de pensées
D’ardeur, de volonté,
Pour rien les voulut dépensées
Quelque fatalité ?

Ils viendront, ils doivent venir,
Enfin, les temps meilleurs,
Auxquels tant des nôtres aspirent
En priant de tout cœur !

… »

Pour ce qui est de l’espoir, j’aurais pu faire également référence à l’ «Ode à la joie » de Friedrich von Schiller, un texte n’ayant néanmoins aucun caractère officiel au regard des actuelles Institutions communautaires européennes puisque seule la mélodie de Beethoven a été officiellement reconnue, lors du Conseil européen de Milan, en juin 1985.

Pour conclure ces remerciements, je citerais des propos recueillis dans un texte de « Europe et liberté » :

«On y découvrira donc enfin (peut-être...) toute la valeur du message politique et philosophique porté par l’hymne européen, l’ « Ode à la joie », en sa version ’’Schiller’’ : l’expression d’un idéal et d’un principe d’espérance selon lequel - loin de tout conditionnement intellectuel identitaire ou de toute autre sentimentalité nombriliste - tous les hommes seraient frères, pourvu qu’ils soient enfin touchés par les ’’ailes de la joie’’ et - surtout - par l’esprit d’Europe »

André Grandjean
Aveyron, France, 11 janvier 2015

A felolvasó használata

A honlapon található francia nyelvű szövegeket a beépített program felolvassa, ha kijelölöd a szöveget az egérrel. Ha nem tudod hogyan kell, nézd meg ezt a videót: 

Bíró Ádám könyvei

Vive la langue française!

Oublie ton passé,
qu`il soit simple ou composé,
Participe à ton Présent
pour que ton Futur
soit Plus-que-Parfait !

A peine rentrés d´une tournée chaleureusement accueillie aux...
A peine retombées les fusées du feu d´artfice, au demeurant...
Ce lundi 19 août, Angela Merkel s´est rendue à Sopron, ville...
Le 20 août, les Hongrois vont célébrer leur fête nationale. Le temps...
Trottinettes électriques : mieux vaut s'assurer ! – Jobb lenne...
A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó