Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Le 23 octobre prochain, les Hongrois vont commémorer la révolution de 1956 dont ce sera cette année le 60ème anniversaire. 1956, un sujet plus que largement commenté, voire rebattu, qui continue à faire couler beaucoup d’encre. Je ne reviendrai pas sur les souvenirs - déjà évoqués dans ces colonnes- du petit Parisien de 10 ans que j’étais à l’époque, témoin d’un élan de sympathie, mais aussi de colère contre la répression qui suivit et de honte face à l’impuissance, ou plutôt l’hypocrite passivité, de nos dirigeants de l’époque. Ancrées aussi dans ma mémoire, ces photos publiées alors dans Paris Match (dont je conserve encore un exemplaire) prises par notre compatriote Pierre Pedrazzini qui allait être l’une des dernières victimes des combats.

Qu’en est-il aujourd’hui? Certes, les cérémonies de commémoration vont se multiplier. Souvent émouvantes, tel ce Requiem de Verdi qui sera donné 4 novembre à la mémoire des héros tombés sous les balles et obus soviétiques (le 4 novembre étant la date où fut brutalement réprimée l’insurrection). Des cérémonies qui se dérouleront également à l’étranger, soit sous l’égide des ambassades, soit sur des initiatives privées, comme cette ranimation de la flamme organisée chaque année sous l’Arc de Triomphe à l’initative des associations hongroises de la capitale et de leurs amis parisiens. La province n’étant pas en reste.

Certes, mais au-delà de ces cérémonies, expositions, concerts, projections de films et colloques qui vont nous être proposés, que retient aujourd’hui la population hongroise de „1956 „? Une question à laquelle il est bien difficile d’apporter une réponse claire et sans équivoque. Ma première impression, serait de percevoir une réaction presque autant suivie à l’étranger que sur place, à Budapest.

Le drapeau percé, devenu symbole de la Révolution

(delesté des insignes du socialisme)

Soixante années se sont écoulées depuis, dont près de la moitié depuis la chute du communisme. Les témoins et survivants des combats commencent donc à se raréfier, s’ils ne sont pas noyés dans la diaspora dispersée de par le monde. Par ailleurs, les jeunes ne peuvent aujourd’hui jeter qu’un regard distant sur des événements pour eux lointains qu’ils ne connaissent que de façon confuse, ou sous la forme très partielle d’anecdotes (*). Entre les deux, la majorité semble se montrer aujourd’hui assez divisée, sinon indifférente sur le sujet. Certains n’hésitant pas à en minimiser la portée („que représentaient ces 30 000-60 000 manifestants et combattants sur une population de 10 millions? De plus pour la plupart restreints aux seuls cercles de la capitale...face à une province passive...”). Un jugement hâtif, mais qu’il m’a souvent été donné d’entendre. Quand on lit le bilan de la Révolution, les chiffres parlent d’eux-mêmes: près de 3 000 morts, 26 000 jugements, 13 000 condamnations, plusieurs centaines de déportations, 350 exécutions, sans parler des 200 000 Hongrois qui ont cherché réfuge à l’étranger. Même si les chiffres restent sans rapport sur l’ensemble de la population, ils suffisent largement à imposer le respect. D’autres se plaisent à souligner les excès, notamment des actes antisémites, qui ont accompagné l’insurrection. C’est vrai, des excès, il y en a eu, on ne saurait le nier, mais sans qu’il faille pour autant généraliser. Tel est le lot de toute révolution ou mouvement de libération. Nous autres Français, sommes bien placés pour le savoir. Pensons aux excès et actes de vengance, souvent déraisonnés, qui suivirent la libération de Paris... 

Pourquoi une telle réaction? Tout d’abord, je pense, en raison de la priorité des soucis quotidiens dans une population dont une grande partie vit en dessous du seuil de pauvreté (35%) ou parvient tout juste à joindre les deux bouts (42%). Bref, peu encline à s’épancher sur les drames du passé. Par ailleurs, une population dont une bonne moitié se montre de plus en plus méfiante et réticente vis-à-vis des milieux politques, qu’ils fussent de droite ou de gauche. Des partis politiques qui ne rateront pas, une fois de plus, l’occasion pour faire entendre leur voix. Au mépris du consensus que mériterait l’événement. C’est ainsi qu’alors qu’un cérémonie officielle se tiendra le 23 devant le Parlement en présence du président polonais Andrzej Duda (**), les partis d’opposition se retrouveront à un autre bout de la capitale pour commémorer l’événement à leur manière, chacun ne manquant pas - du moins je le donne à parier - de tirer la couverture à soi. Je doute que la majorité des Hongrois, déjà bien lasse, suive.

Des insurgés qui, notamment les étudiants, ne relevaient dans leur majorité d’aucune idéologie, se bornant à réclamer pour leur pays liberté, pluralisme politique et neutralité. Bref, l’indépendance... Ce pour quoi il aura fallu attendre plus de 30 ans pour qu’enfin, leur voeu se réalise, de façon heureusement plus pacifique.

PW – 17 octobre

 

(*): telle cette fameuse demi-finale de walter-polo Hongrie-URSS qui fut marquée par de graves incidents au cours de l’été, lors des Jeux Olympiques de Melbourne. Une rencontre dramatique qui contribua sans nul doute à échauffer les esprits.

(**): rappelons que la révolution d’octobre 56 fut précédée par des émeutes survenues en Pologne au mois de juin (insurrection des ouvriers de Poznań). La présence du président polonais se justifie donc à cet égard, mais elle vient également bien à point pour souligner la solidarité des deux gouvernements dans leur opposition face à la politique que Bruxelles entend leur imposer.

 
Trois bonnes raisons de nous rendre à ce concert. Tout d´abord pour la présence de la jeune...
Több mint negyven francia közéleti személyiség írta alá azt a felhívást, amelyben a Pakisztánban...
Az album címe « Effet miroir », azaz Tüköreffektus. Klipek a kattintás után.
Egy 1990-es években játszódó kamaszkori fejlődésregény, Nicolas Mathieu Leurs enfants apres eux...
A 2015. november 13-i 130 áldozatot követelő párizsi merényletsorozat valamennyi kitervelőjével és...
A franciaországi zsidó szervezetek tanácsát (CRIF) megdöbbentette, hogy Emmanuel Macron államfő...
A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó