Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

„Et s’il me plaît, à moi, d’être battue!” Voilà une réplique que j’aurais bien volontiers empruntée à Molière pour la placer dans la bouche des dirigeants de l’opposition hongroise. Du moins avant que ces derniers n’eussent fini par accoucher, in extermis et dans la douleur, d’un accord d’union pour tenter de renverser l’actuelle majorité lors des prochaines élections législatives (1). Ouf, il était temps!

Face à eux, un Viktor Orbán toujours plus sûr de lui, hautain et dominateur. Mais justement, peut-être trop confiant.... Remarquable stratège et communicateur hors pair, le Premier ministre hongrois a jusqu’à présent réussi à se jouer de tous les faux pas qui, en d’autres lieux, auraient normalement dû le discréditer dans l’opinion publique: main basse sur les fonds de pension privés, corruption autour de l’attribution de terres agricole ou commerces aux proches de sa coalition (mettant du même coup sur la paille des dizaines de milliers de ménages), enrichissement suspect de proches amis (2), construction de stades de football (dont un dans le village de son enfance) alors que l’argent manque pour ouvrir des crèches et que des hôpitaux ferment leurs services, exode de 500 000 jeunes en moins de 4 ans (sur 10 millions d’habitants, soit plus qu’après 1956), remise en liberté d’un criminel azéri en échange d’avantages économiques, etc, etc, sans compter les 4 millions de Hongrois reconnus comme vivant à la limite du seuil de pauvreté.

Mais précisément, parce que trop préoccupée à survivre, la grande masse a d’autres chats à fouetter que d’aller „faire le clown”* en défilant dans la rue (* sic, expression sortie de la bouche de Viktor Orbán lui-même). Quant au contrôle des médias et aux coups de canif joyeusement donnés à l’Etat dit „de droit”, n’en parlons même pas: des thèmes pour lesquels l’opinion - endormie par 40 ans de communisme et méfiante envers les acteurs du domaine public - demeure hermétique.

On aurait alors pu penser que les récentes polémiques suscitées par la réhabilitation du régime Horthy et une interprétation pour le moins tendancieuse des années noires de l’Histoire hongroise (1941-1944) minimisant, voire allant jusqu’à nier la responsabilité des autorités de l’époque, eussent entraîné une réaction d’indignation? Indignation, oui, mais à l’étranger; en Hongrie: parmi les historiens et l’intelligentsia et dans la communauté juive (3). Mais dans l’opinion? Peu ou prou...

De quoi désespérer...  Sauf que... Par excès d’assurance, peut-être Viktor Orbán vient-il de commettre enfin la faute qui pourrait commencer à ébranler de son socle la statue qu’il s’est fait édifier. Une affaire qui implique la Russie de Vladimir Poutine. La signature à Moscou d’un protocole ou contrat - dont les termes sont encore tenus secrets - confiant à la société nationale russe Rosatom la construction d’une seconde centrale nucléaire (deux réacteurs de 1 200 mégawatts). Sans aucune consultation préalable des experts, ni même des parlementaires. Un contrat qui liera la Hongrie sur plusieurs décennies par un emprunt de 10 milliards d’euros auprès des Russes. Décision prise par le Premier ministre seul...  Au-delà de son aspect environnemental (faut-il ou non développer le nucléaire?) et économique - dont, quoi qu’on en dise, il est démontré qu’il sera néfaste -, c’est surtout le fait de se lier à long terme à la Russie qui pourrait éventuellement heurter la sensiblilité de nombreux Hongrois. Certes, la politique du dos tourné à Bruxelles et à l’Occident pour multiplier les clins d’oeil vers l’Est (Russie, Asie centrale, Chine) n’est pas pour déplaire aux nostalgiques de la grande tradition hunique et „touranienne” (4), mais tout-de-même, de là à faire dépendre l’avenir de son  pays de l’ancien envahisseur (qualifié par Orbán de „pays de la tolérance”!..), il y a une limite.  

Au point de remettre en cause le rapport de forces? Rien n’est moins sûr. Peut-être même au contraire, comme le laisse entendre une journaliste au fait de la situation (5). Allez donc savoir!

Les paris sont lancés, auxquels je me garderai bien de me risquer...

PW - 28 janvier 2014

______

(1): Union formée autour du parti socialiste (MSZP) par 3 autres partis de moindre audience: Együtt-PM et Coalition démocratique (gauche libérale) des anciens Premiers ministres Ferenc Gyurcsány et Gordon Bajnai et Libéraux de Gábor Fodor (ex co-fondateur du Fidesz de Viktor Orbán). Avec pour candidat au poste de Premier ministre le Président du MSZP Attila Mesterházy. Les élections – en un seul tour – devant se tenir le 6 avril prochain.

(2): Lajos Simicska, propriétaire entre autres d’une société de BTP qui, depuis l’arrivée de Viktor Orbán au pouvoir, remporte systématiquement tous les appels d’offre pour des montants considérables, ou encore l’entrepreneur Lőrinc Mészáros, maire de Felcsút, le village d’enfance de Viktor Orbán, qui a vu quadruplée sa fortune en 4 ans.

(3): ancien déporté, l’historien de l’Holocauste Randolph Braham vient de retourner aux autorités hongroises les décorations qui lui avaient été décernées. Sans parler des protestations officielles de la Fédération des Communautés juives de Hongrie (Mazsihisz)

(4): thèse erronée récusant l’origine finno-ougrienne de la langue hongroise pour la relier directement aux langues turques d’Asie centrale (déjà prônée avant la guerre par les partisans du régime Horthy). Ceci dans le but de glorifier une „race” magyare issue de peuples guerriers, tels les Huns.  

(5): Hélène Bienvenu: „Nucléaire: pourquoi les Russes rayonnent-ils en Europe centrale?” – 28.01.2014 http://www.slate.fr/story/82725/nucleaire-russie-europe-centrale

Októberben és novemberben a következő filmeket nézheted, jelképes...
Magyarország és Franciaország egyaránt sikeres és gazdaságilag erős...
A Louvre gyűjteményének mintegy 250 ezer darabja költözik ki...
A párizsi rendőr-főkapitányságon két nappal ezelőtt négy áldozatot...
Nemzeti gyásznap keretében vettek végső búcsút hétfőn Jacques Chirac...
A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó