Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Broadway, un nom qui en aura fait rêver plus d’un et plus d’une, du moins pour les amateurs de théâtre et de musical. Au point que les Hongrois désignent ainsi le quartier des théâtres et de l’opérette de leur capitale, à deux pas de l’Opéra (rue Nagymező). Une appellation aguicheuse, certes, mais peut-être gentiment exagérée, même s’il est vrai que le quartier y connaît les soirs de week-end une animation bien sympathique.

Pour qui évoque Broadway, deux noms viendront probablement immédiatement à l’esprit: George Gershwin et Leonard Bernstein, avec deux oeuvres majeures qui y furent créées: Porgy and Bess et West Side Story. Bien que plus de 20 années séparent leur création (1935, 1957), le rapprochement est inévitable. C’est précisément ces deux compositeurs que les responsables de deux grands centres musicaux de la ville ont choisi de mettre à l’honneur pour entamer cette saison 2018. Le Palais des Arts (Müpa), d’une part, en consacrant à Bernstein le marathon qui y est organisé en chaque début d’année à l’initiative du chef Iván Fischer (1). Et l’Opéra, d’autre part, en nous proposant une production inédite de Porgy and Bess (2). Voilà qui est fort bien venu pour nous sortir des sentiers battus du répertoire traditionnel.

        

Un marathon Bernstein - dont on célèbrera cet été le centenaire de sa naissance – d’autant bienvenu qu’y sera associée une foule d’autres compositeurs, tels, bien sûr, Gershwin, mais aussi Scott Joplin, Steve Reich ou encore John Cage ou Elliot Cole, pour ne citer que ceux-ci. Mais aussi pour nous donner l’occasion d’entendre des oeuvres peu souvent jouées, tels son opéra Trouble in Tahiti, l’ouvertue de l’opérette Candide ou encore sa 1ère symphonie Jeremiah. Mais aussi, peut-être moins connues du grand public, sa Suite Grofé du Grand Canyon, Slava, Political ouverture (écrite à l’attention de Rostropovitch) et encore bien d’autres oeuvres. De Gershwin sera entre autre proposé au public son concerto de piano et, bien évidemment, l’incontournable Rhapsody in blue, cette dernière interprétée par l’Orchestre du Festival (BFZ) sous la baguette d’Iván Fischer avec les Danses symphoniques de West Side Story, pour clôturer la journée.

Quant à l’Opéra, il nous offre avec ce Porgy and Bess une production inédite sous maints aspects. Déjà parce que l’oeuvre n’avait plus été donnée à Budapest depuis 35 ans. Mais aussi du fait que les principaux rôles y sont confiés non, comme c’est généralement le cas, à des artistes issus de la communauté noire, mais à des chanteurs blancs, la soprano hongroise Orsolya Sáfár et son compatriote le baryton-basse Marcell Bakonyi dans les rôles-titres. Un événement jugé suffisamment important pour faire l’objet d’une présentation de presse  par Szilveszter Ókovács, directeur de l’établissement.

Présentation au cours de laquelle Szilveszter Ókovács détailla les raisons pour lesquelles l’oeuvre n’avait plus été donnée depuis tant de temps. Ira Gershwin, frère cadet du compositeur et co-parolier de l’oeuvre, déclara, peu avant sa mort survenue en 1983, exiger une distribution entièrement assurée par des Afro-américains, à l’exclusion de tout chanteur blanc. Ce plus de quatre décennies après la mort du compositeur. Dès lors, les droits furent refusés à défaut d’application de cette clause. Or, réunir une équipe rassemblant 14 intervenants noirs n’est pas à la portée de tous, a fortiori des Hongrois. Voilà pour la petite histoire qui, suite à d’âpres négociations, aboutit en fin de compte à rayer le terme „all black cast” du contrat. (Sans pour autant que les tenants des droits renoncent à exprimer leur désaccord de principe.)

Une démarche que d’aucuns trouveront pour le moins rigide, pour ne pas dire mesquine. Plus de huit décennies après la création de l’oeuvre, dans un contexte qui a sensiblement évolué. Car l’idée, en confiant la reprise de l’opéra à des chanteurs hongrois, est précisément, outre le simple fait de la rendre jouable, de réactualiser l’oeuvre, la rapprocher du public contemporain dans l’espace et dans le temps, partant lui en faire mieux ressentir la portée (3). Ce que le metteur-en-scène András Almásy-Tóth, rencontré lors d’une pause de la répétition, a fort bien commenté et détaillé. Force est de reconnaître qu’il nous a convaincus.

A suivre, donc....  

 

PW – 18 janvier 2018

 

(1): le 4 février (11ème édition).

(2): première le 27 janvier.

(3):  l’action se déroule au milieu des années 1920 en Caroline du Sud. Porgy, mendiant invalide, tente de sauver Bess des griffes de Crown, son compagnon, et de Sporting Life, dealer sans scrupule qui cherche à la prostituer. Le tout s’achevant sur l’assassinat de Crown par Porgy et le départ pour New York de Bess, bien que réticente et craintive, en compagnie de Sporting Life. New York où Porgy, follement amoureux, tentera en vain de la retrouver.

 

Hozzászólás (Facebookkal)

Május 16-án Éric Fournier, Franciaország magyarországi nagykövete az Akadémiai Pálmarend lovagi...
Középiskolás és leendő egyetemista diákoknak hirdet felvételt a Mathias Corvinus Collegium (MCC)...
Le petit Macron aurait bien voulu faire soutenir par toute l’Europe un texte venimeux contre la...
A férfi Allahu akbar kiáltással esett neki áldozatainak, a rendőrség végül lelőtte.
Mintegy 15 játékfilm - kétszer annyi, mint a korábbi években - foglalkozik a homoszexualitással a...
A 14. Budapesti Nemzetközi Képregény Fesztivál keretében a Francia Intézet örömmel látja vendégül...
A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó