Bienvenu sur www.francianyelv.hu   A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Bienvenu sur www.francianyelv.hu GSpeech

Pologne/Union européenne – L’Italien Paolo Gentiloni, commissaire européen en charge de l’économie et ancien premier ministre de son pays, a causé…

The post La Commission européenne se sert du plan de relance pour faire plier la Pologne first appeared on Visegrád Post.

Pologne/Union européenne – L’Italien Paolo Gentiloni, commissaire européen en charge de l’économie et ancien premier ministre de son pays, a causé une véritable tempête en Pologne en expliquant le 1er septembre que si la Commission n’a pas encore approuvé le plan de relance polonais – ce qui est une condition pour débloquer les fonds européens – c’est notamment à cause de la saisine par le premier ministre polonais de son Tribunal constitutionnel à propos de la primauté du droit de l’Union européenne par rapport à la Constitution polonaise. Gentiloni a assuré devant un groupe d’eurodéputés que la Commission avait décidé de bloquer ces fonds, laissant clairement entendre que ces fonds resteraient bloqués tant que le gouvernement de Mateusz Morawiecki n’aurait pas retiré sa saisine.

Le collègue de Gentiloni en charge de la justice, le Belge Didier Reynders, avait déjà suscité de vives réactions en juin quand il avait écrit au ministre de la Justice polonais pour lui demander le retrait de cette saisine.

Aujourd’hui cependant, à en croire Gentiloni qui s’exprimait devant la commission économique et budgétaire du Parlement européen,

la Commission n’en est plus à l’étape des requêtes mais bien du chantage aux fonds européens.

Il s’agit de 57 milliards d’euros, dont 23 milliards sous forme de subventions et 34 milliards de prêts à taux avantageux qui ont été promis à la Pologne dans le cadre du plan de relance Next Generation EU. La Pologne, comme la Hongrie, fait partie des 9 pays de l’UE encore en attente du feu vert de la Commission à leur plan de relance national, mais pour ces deux pays Bruxelles avance des raisons liées à l’état de droit, à la liberté des médias et aux droits LGBT.

On assiste donc à une mise en œuvre – sans le dire – du fameux mécanisme conditionnant le versement des fonds européens au respect de « l’état de droit » et des « valeurs européennes ». Pourtant, les 27 avaient signé ensemble une déclaration commune en décembre dans laquelle il était dit que la Commission n’utiliserait pas ce mécanisme avant que la CJUE ne se soit prononcée sur sa légalité par rapport aux traités européens (ce que la CJUE n’a pas encore fait).

Parlant du plan de relance soumis par Varsovie dont l’approbation par la Commission est nécessaire pour le déblocage des fonds promis à la Pologne, l’ancien premier ministre italien a déclaré :

« Le fait est que nous n’en sommes pas encore là, que la discussion se poursuit. Nous savons qu’il s’agit des exigences du règlement et des recommandations spécifiques à chaque pays, et la discussion, comme les autorités polonaises le savent très bien, inclut également la question de la primauté du droit de l’UE et les conséquences possibles de cette question sur le plan de relance et de résilience polonais. »

Après plusieurs reports d’audience, le Tribunal constitutionnel doit justement se pencher le 22 septembre prochain sur la question de savoir si les jugements de la CJUE dans des domaines qui n’ont pas fait l’objet d’un transfert de souveraineté en vertu des traités ratifiés selon la procédure démocratique prévue par la constitution, et qui sont de ce fait contraires à la constitution polonaise, peuvent s’appliquer en Pologne.

Le 16 août dernier, la Pologne a déjà reculé face à l’ultimatum de la Commission concernant la Chambre disciplinaire de sa Cour suprême.

Malgré le jugement rendu à la mi-juillet par son Tribunal constitutionnel qui affirmait que la CJUE n’est pas compétente pour suspendre le fonctionnement d’un organe judiciaire polonais ou ordonner sa dissolution, le gouvernement Morawiecki – comme cela avait déjà été annoncé par le leader du PiS Jarosław Kaczyński – a promis à Bruxelles qu’une nouvelle loi serait votée à l’automne et que cette loi entraînerait la suppression de cette instance disciplinaire du système judiciaire polonais sous sa forme actuelle. Dès le 5 août, la première présidente de la Cour suprême avait déjà suspendu à nouveau le fonctionnement de la Chambre disciplinaire peu de temps après avoir levé cette

Source: Visegrad Post

A felolvasó használata

A honlapon található francia nyelvű szövegeket a beépített program felolvassa, ha kijelölöd a szöveget az egérrel. Ha nem tudod hogyan kell, nézd meg ezt a videót: 

Állásajánlatok
Bíró Ádám könyvei

Vive la langue française!

Oublie ton passé,
qu`il soit simple ou composé,
Participe à ton Présent
pour que ton Futur
soit Plus-que-Parfait !

A kijelölt francia nyelvű szöveg felolvasásához kattints a hangszóróra! Francianyelv.hu felolvasó